Saint-Denis : poignardée à mort, elle cherchait l’amour avec un grand A

Khalil J., 27 ans, comparaît depuis jeudi devant la cour d’assises de Seine-Saint-Denis pour le meurtre de Cassandra, 18 ans.

En avril 2015, la victime, qui vivait à Limoges, s’est rendu à Epinay-sur-Seine, en Seine-Saint-Denis, pour voir son petit-ami Eddy, un mécanicien de 25 ans.

«On s’était rencontrés sur Facebook, deux ans avant. On s’est vu huit fois, peut-être. Elle faisait sa vie sur Limoges, moi sur Paris.» a témoigné le jeune homme

Le 14 avril, Eddy est parti au travail en laissant Cassandra avec Khalil, son cousin, assis sur le canapé, un joint à la main.

«Je lui ai dit que c’était ma meuf», relate Eddy. Avant de repartir travailler, il dit s’être assuré que Cassandra n’était pas gênée par la présence du cousin.

Mais, vers 14H00, il a un mauvais pressentiment. Il a tenté de joindre sa petite amie. En vain. Il a alors demandé à autre cousin, âgé de 15 ans, de passer à son domicile.

Ce dernier découvrira le corps sans vie de Cassandra, poignardée de 7 coups de couteau.

Eddy s’est alors précipité à son domicile. Convaincu que Khalil était alors coupable, il s’est mis à sa recherche et l’a trouvé dans un bar : «A son visage j’ai compris qu’il était coupable».

Malgré le sang sur ses vêtements et les aveux rapportés par plusieurs proches, Khalil n’a jamais avoué les faits aux enquêteurs.

Le verdict sera connu dans quelques jours.

Eddy rapplique en trombe.

«Elle était bleue. Je me suis mis à pleurer, je suis devenu ouf», a-t-il témoigné jeudi, convaincu que Khalil était alors coupable.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire