Après la mort de Tony pour maltraitances, le voisin mis en examen pour non-dénonciation

Le petit Tony 3 ans était mort à Reims sous les coups de son beau-père en novembre 2016 : le parquet de Reims vient de mettre en examen un voisin du couple pour « non dénonciation de mauvais traitement sur mineur ».

Peu après le décès de l’enfant, le procureur de Reims Matthieu Bourrette avait déploré le manque de réaction du voisinage : « Si les services de police avaient été alertés par le voisinage, cet enfant aurait pu passer la Noël 2016 », avait-il affirmé, dénonçant une absence de « civisme ».

« Tuons le silence »

Cette mise en examen « remonte à moins de 15 jours » et s’appuie « sur des indices graves et concordants », a déclaré le procureur de Reims, confirmant une information de RMC. L’enfant avait succombé le 26 novembre 2016 à une énième salve de coups de son beau-père, dont il servait de « souffre-douleur », avait indiqué le parquet à l’époque des faits.

Le conjoint violent, âgé de 24 ans lors de son interpellation, déjà condamné à sept reprises pour violence, et la mère, 19 ans à l’époque, ont été mis en examen et placés en détention provisoire.

Une marche blanche réunissant 600 personnes avait été organisée à la mémoire de Tony le 30 novembre 2016, partant du CHU où il était décédé jusqu’au quartier Châtillons, où il habitait. Une banderole avait été déployée en tête de cortège : « Tuons le silence pour que plus jamais un enfant ne meure sous les coups »

Avec AFP et 20 Minutes 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.