Marseille : Son bébé mort dans les bras, elle est contrainte de traverser tout l’hôpital pour une prise en charge de son bébé car la morgue est fermée

Après le décès de son bébé de trois jours, une maman a dû porter le corps inerte de son enfant à travers l’hôpital pour le déposer à la morgue. Mais celle-ci était fermée.

Une semaine après l’affaire des corps de bébés échangés, l’hôpital marseillais de la Timone est une nouvelle fois sous les projecteurs. En septembre dernier, révèle ce vendredi La Provence, un couple a vécu un cauchemar après avoir perdu son enfant de trois jours, atteint de troubles cardiaques. Au lieu de pouvoir se recueillir sur la dépouille de leur enfant dans un espace adapté, les jeunes parents de 29 et 26 ans, ont été confrontés à une succession de problèmes.

Ce 23 septembre, après la perte de leur bébé, les parents attendent d’abord deux heures dans un box avant que leur enfant ne soit pris en charge. Mais première anomalie, aucun couffin n’est disponible pour transporter leur bébé jusqu’au dépositoire.

Obligés d’attendre sur un parking

Marine, la maman traverse donc l’établissement, son enfant décédé dans les bras pour se rendre jusqu’à la morgue, située à l’autre bout de l’hôpital. Seconde déconvenue, les deux parents trouvent portes closes. Le dépositoire n’est pas accessible en dehors « des heures ouvrables ». Le couple va devoir encore attendre une heure que quelqu’un veuille bien venir s’occuper d’eux. Une attente, interminable et particulièrement « glauque »sur un parking à côté du local à poubelles, raconte France 3.

Mais le calvaire ne s’arrête pas la. Lorsqu’une équipe de brancadière vient enfin prendre en charge leur petite Lilou, les parents ne sont pas autorisés à entrer dans le dépositoire. Ils doivent faire leurs adieux à leur fille sur un bout de parking.

Encouragés à parler après une terrible erreur du même hôpital

Depuis, des responsables de l’Assistance publique ont rencontré le couple pour lui présenter les excuses de l’institution. Dans un communiqué, l’APHM dit avoir pris la mesure de cet « enchaînement de dysfonctionnements », elle indique que des « ctions correctives » ont été mises en place.

Comme le raconte la Provence, ce sont les révélations sur l’échange de deux bébés au sein de la chambre mortuaire de La Timone qui ont poussé Marine et Julien à s’exprimer. Un nouveau scandale qui les a décidés à témoigner de ce qu’ils ont vécu pour que de tels « dysfonctionnements » ne se reproduisent plus.

Source LP 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.