Divorce : pension alimentaire impayée malgré le jugement et une précédente audience en correctionnel

Neha (prénom modifié) a trois enfants à sa charge. Divorcée depuis deux ans, elle doit recevoir une somme de 450 de pension alimentaire tous les mois. Mais son mari ne lui aurait rien donné.

«Depuis le divorce, j’ai obtenu la garde des enfants, mais le père ne m’aide pas financièrement », confie Neha. Elle poursuit : « J’ai entamé les démarches au poste de police où j’ai porté plainte le 5 novembre dernier, mais cela n’a nullement fait avancer ma situation », confie cette mère de famille.

Elle avance que son ex-époux avait même,devant le tribunal, promis d’honorer ses obligations. 

« Si le tribunal a rendu un jugement, il est tenu de se plier à cet ordre », soutient Me Bala, avocat. « Selon les dires de la dame, si elle s’est rendue au poste de police munie de ce jugement , elle doit faire une déposition en bonne et due forme. Par la suite, les policiers devront enquêter et le parquet doit poursuivre. La loi est très claire à ce sujet : si après 2 ou 3 mois, la pension alimentaire n’est pas payée, la personne est passible de prison pour abandon de famille. Si le père ne pouvait payer l’allocation alimentaire, il aurait dû le faire savoir, chose qu’il n’a pas faite », précise l’avocat.

L’homme sera donc condamné en son absence à une peine amende, et à l’obligation de rembourser les sommes non-versé à ce jour.

TGI de Saint-Denis 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.