Essonne : Un couple condamné pour avoir battu et privé de nourriture leurs enfants.

C’est lorsque l’un des cinq enfants a été hospitalisé pour une crise d’appendicite que le pot aux roses a été découvert, le médecin lui diagnostiquant une «malnutrition».

De 2004 jusqu’à leur placement en foyer en 2012, les petits étaient ainsi régulièrement frappés à coups de ceinture, rapporte Le Parisien. Mais les trois aînés, issus d’un premier mariage, faisaient quant à eux l’objet d’un traitement encore plus cruel, pris en grippe par leur belle-mère.

Sans nourriture ni eau chaude

Les trois enfants ont grandi sans jeux ni livres, avec l’interdiction de sortir de leur chambre. Outre le repas de midi qu’ils recevaient à l’école, ces derniers n’étaient de plus pas nourris par leurs parents. À 12 et 14 ans, les deux aînés pesaient respectivement 24 et 27 kilos, pour une taille avoisinant 1,60 m. «Je demandais simplement à manger, comme un enfant normal, avoir un peu de bonheur», avait expliqué le plus grand lors de l’enquête. «Notre belle-mère nous a privés de notre jeunesse», avait regretté son frère.

Aux assistantes sociales, les enfants racontent également ne pas avoir eu accès à l’eau chaude. «Ils mentent, c’est juste que notre ballon d’eau chaude se vidait vite», a plaidé leur père lors de l’audience, niant au passage les coups de ceinture. «On est en France depuis longtemps, on connaît la loi. On ne les a pas frappés.»

Le domicile familial de Grigny (F) avait pourtant fait l’objet d’une inspection des services sociaux. Mais la belle-mère avait fait dresser pour l’occasion une table garnie de nourriture, le passage des services étant annoncé à l’avance. «Les trois plus grands n’ont rien pu avaler tellement ils n’avaient pas l’habitude de manger», a déploré le procureur.

Mercredi dernier, le père et la belle-mère ont tous deux été condamnés à trois de prison, dont deux ans ferme. «Nous sommes allés plus loin que les réquisitions du procureur parce que les faits sont extrêmement graves, s’est indignée la présidente du tribunal. Ces enfants ont failli mourir.»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.