Ce que l’on sait de l’auteur des attaques dans l’Aude

Une attaque terroriste a eu lieu à Trèbes (Aude), vendredi 23 mars. Au moins trois personnes ont été tuées et trois autres blessées, dont une gravement, dans des attaques perpétrées dans la matinée. L’auteur des attaques a d’abord braqué un automobiliste à Carcassonne pour lui voler sa voiture. Il a ouvert le feu et le passager est mort. Le conducteur a été blessé.

Il a ensuite tiré sur des CRS qui faisaient leur footing, blessant l’un d’entre eux, avenue du général Leclerc à Carcassonne. Le suspect s’est ensuite rendu dans un supermarché Super U de Trèbes, à 8 km de Carcassonne, où il a pris des clients en otages. L’assaillant a fait deux morts. Puis il a été abattu. franceinfo fait le point sur ce que l’on sait de l’assaillant.

Un Franco-Marocain de 25 ans

L’auteur de l’attaque dans l’Aude s’appelle Redouane Lakdim et a « agi seul », a indiqué le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, lors d’une conférence de presse. Il s’agit d’un Franco-Marocain âgé de 25 ans, a appris franceinfo de source proche de l’enquête.

Connu des services de renseignement

Le jeune homme est suivi par les services de renseignement depuis 2013. Il a fait un bref séjour en prison en 2016 pour des faits de « deal de stupéfiants », a annoncé Gérard Collomb. L’homme est inscrit au Fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT). « Il était déjà surveillé », a indiqué le ministre de l’Intérieur. Cependant, « on ne pouvait pas dire qu’il allait être un radical passant à l’acte dans les temps qui venaient », a poursuivi Gérard Collomb. « C’était un petit dealer, de ces petits dealers qui à un moment donné passent l’acte. »

Ses revendications

Lors de son irruption dans le supermarché, le jeune homme armé a crié « Allahou Akbar », ont indiqué des sources concordantes à franceinfo. Le parquet de Carcassonne a indiqué que le preneur d’otage dans l’Aude a revendiqué appartenir au groupe État islamique. Au cours de la prise d’otages, le suspect a exigé la libération de Salah Abdeslam, le seul survivant des attentats du 13-Novembre, mais « c’était sans doute une revendication a posteriori », a déclaré Gérard Collomb.

Source France info

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.