Rennes : il est condamné à 22 ans de prison pour le meurtre de son ex-femme

L’homme de 45 ans avait d’abord reconnu un meurtre avec préméditation, avant de faire machine arrière et d’assurer avoir agi « sous le coup de l’impulsion »

Un ancien membre d’une unité spéciale de l’armée algérienne qui avait étranglé son ex-femme, a été condamné jeudi à 22 ans de prison pour meurtre aggravé par la cour d’assises d’Ille-et-Vilaine.

L’homme âgé de 45 ans s’était présenté en janvier 2015 au commissariat de Rennes avec le corps de son ex-femme dans une malle placée dans le coffre de sa voiture, avouant aux policiers l’avoir étranglée. Il explique alors avoir commis le meurtre dans l’appartement de son ex-épouse, dont il est divorcé depuis quelques mois. Il précise s’être rendu à son domicile pour discuter de l’absentéisme de leur fils au lycée, avant de « s’emporter ».

« J’ai mis un câble autour de son cou, je l’ai serré »

« Elle m’a dit que tous les problèmes qu’on avait, c’était de ma faute, qu’elle avait un nouveau copain et puis m’a demandé de débarrasser le plancher. Je n’ai pas supporté donc j’ai pris un câble, je l’ai passé autour de son cou et j’ai serré », relate-t-il devant le jury, assurant avoir agi sous le coup de l’impulsion. Lorsqu’il s’était présenté au commissariat en 2015, il avait pourtant expliqué avoir prémédité le meurtre depuis une semaine.

« Nous sommes face à un homme qui fait machine arrière en parlant de colère incontrôlable suite aux humiliations de son épouse, alors qu’il avait revendiqué un acte prémédité sans même qu’on le lui demande », a déclaré l’avocat général, qui avait requis 30 ans de réclusion.

Selon un examen psychiatrique, l’homme, d’origine algérienne, souffrait au moment des faits d’un stress post-traumatique après avoir été engagé dans une unité spéciale de l’armée algérienne. « Il m’a raconté avoir été exposé à des scènes très violentes en Algérie, avoir vu des cadavres d’enfants et ses camarades brûlés vifs dans une embuscade », a indiqué le psychiatre.
Avec AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.