Disparition en Outre-Mer: son époux s’enfuit avec leur fille de deux ans

«Lundi après-midi, il l’a prise avec lui et ils ne sont jamais rentrés…» Cela fait une semaine que Seetal Gunness, 21 ans, n’a plus de nouvelle de son époux Sanjay et de leur fille de deux ans. Si ce n’est un SMS que lui a envoyé Sanjay, vendredi 23 mars. «Il disait que la petite allait bien. Qu’ils étaient chez un ami et qu’ils allaient rentrer dans deux semaines», raconte la jeune femme.

Après la disparition de sa fille, l’habitante de Vuillemin a porté plainte au poste de police de Quartier-Militaire le même jour, soit lundi 19 mars. Deux jours après, soit mercredi 21 mars, elle s’est tournée vers la Cour suprême. Réclamant la garde exclusive de sa fille, à travers un affidavit rédigé par son avoué.

Le juge en Chambre a ainsi accordé la garde temporaire de l’enfant à la mère, en attendant les conclusions de l’affaire principale (main case). Son époux doit comparaître devant le juge en Chambre de la Family Division demain, mardi 27 mars, pour faire connaître sa position. Selon nos informations, il risquerait une peine de cinq ans de prison si l’enfant ne revient pas vers sa mère, selon la Child Protection Act. 

Mais que s’est-il passé exactement ce lundi-là ? «Nous avons eu une altercation à cause d’un compte bancaire que je voulais ouvrir pour mon aînée», confie la jeune femme. Elle a, en effet, une fille issue d’une brève relation avec un jeune homme alors qu’elle n’avait que 15 ans. «Ma fille aînée touche une pension gouvernementale. Je voulais économiser pour son avenir, en mettant Rs 500 de cet argent sur un compte en banque. Mon époux a refusé. Il m’a insultée et m’a même frappée.» Elle affirme que ce ne serait pas la première fois que son époux agirait de la sorte. Par la suite, ce dernier a emmené leur fille à la boutique du coin. C’est la dernière fois que Seetal Gunness les a vus…

Les recherches de la police sont restées infructueuses jusqu’ici. Le téléphone mobile utilisé par le papa pour envoyer le texto serait éteint depuis.

Du côté de la famille Gunness, qui réside à Valetta, rien ne transpire. Sur les lieux, l’on rencontre un jeune qui dit ne pas connaître Sanjay Gunness, mais qui reconnaît la petite sur la photo qu’on lui présente. «C’est ma cousine.» Il précise qu’il ne sait pas où le père de cette dernière pourrait se trouver actuellement.

Source Lexpress.mu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.