Arnaud Beltrame aurait tenté de désarmer le preneur d’otages

On en sait plus sur les circonstances du décès du gendarme Arnaud Beltrame, 44 ans, tué vendredi par Radouane Lakdim dans le Super U de Trèbes.

Tout porte à croire que le colonel a tenté de désarmer le terroriste trois heures après s’être substitué au dernier otage, une hôtesse de caisse.

L’autopsie a révélé que le gendarme a été mortellement touché à la gorge par un couteau de chasse.

Les blessures par balles, au bras et au pied, relevées sur le corps d’Arnaud Beltrame ne sont pas mortelles. Deux pistolets ont été retrouvés le 7.65 mm du preneur d’otage et le Sig Sauer 9 mm du gendarme.

Le procureur a évoqué la présence de cinq cartouches de 9 mm percutées dans le magasin.

Il est donc plus que probable que le gendarme a été touché par une ou plusieurs balle(s) tirée(s) de sa propre arme.

Il faut attendre les expertises balistiques pour en être certain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.