Vienne : un bébé meurt secoué, son père est mis en examen

Un nourrisson de 8 mois est décédé du syndrome du bébé secoué, son père a été mis en examen et placé sous contrôle judiciaire. Un fait divers qui rappelle que secouer un bébé peut être fatal.

Dans la Vienne, un homme dont le garçon de 8 mois est décédé des suites du syndrome du bébé secoué vient d’être mis en examen et placé sous contrôle judiciaire, rapporte France Bleu.

Les faits remontent au samedi 31 mars dernier. Un homme de 22 ans est seul avec son petit garçon de 8 mois, qui est agité. Excédé par les cris et les pleurs du bébé, il s’emporte et le secoue. C’est en tout cas ce que révélera l’hôpital. L’homme, voyant que son bébé est mal en point, appelle en effet les secours, qui interviennent et emmènent le bébé au CHU de Poitiers. Dès que la mère de l’enfant rentre du travail, le couple se rend à l’hôpital auprès de son fils, qui sera transféré dès le lendemain au CHU de Tours. Malheureusement, les équipes médicales n’ont pu empêcher le pire de se produire, puisque le bébé est décédé des suites d’un syndrome du bébé secoué.

L’autopsie a ainsi révélé que le nourrisson, qui ne présentait pas par ailleurs de traces de coups, avait été secoué deux fois : la veille du décès et quelques semaines plus tôt, provoquant des séquelles irréversibles.

Présenté à un juge d’instruction, le père du garçon est mis en examen pour violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner, avec deux circonstances aggravantes : la victime est mineure et l’accusé est son ascendant. L’homme a été placé sous contrôle judiciaire, tandis que la mère de l’enfant a été mise hors de cause.

Les obsèques de l’enfant doivent être célébrées dans la semaine, indique encore France Bleu.

Des lésions cérébrales qui peuvent survenir même sans choc

Rappelons que les nourrissons et enfants en bas âge ont une tête relativement grosse par rapport au reste du corps, et la musculature du cou est faible. Le cerveau est quant à lui toujours en plein développement. Aussi, lorsqu’un bébé est secoué, par exemple en étant tenu par les bras ou le torse, sa tête se balance rapidement d’avant en arrière, et son cerveau se heurte aux parois du crâne. Des vaisseaux sanguins cérébraux peuvent même être arrachés. Même en l’absence de choc, le fait de secouer un bébé peut entraîner des lésions cérébrales, oculaires ou de la moelle épinière, potentiellement dramatiques, comme des séquelles neurologiques permanentes ou le décès de l’enfant.

Les symptômes qui doivent faire penser au syndrome du bébé secoué sont les suivants : état léthargique, vomissements, crises épileptiques, convulsions, pertes de conscience, difficultés respiratoires, état de somnolence anormal, rigidité du corps, ou au contraire perte de tonus…

D’autres symptômes moins graves doivent tout de même alerter : manque d’appétit, changement de comportement (moins de sourires et de babillages), irritabilité et/ou pleurs inhabituels, troubles oculaires.

Source France Bleu – Parents

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.