Huit ans de prison pour des viols sur sa soeur de dix ans

Le tribunal correctionnel de Mons a condamné, par défaut, Samy (28 ans) à une peine de huit ans de prison assortie de huit ans de mise à disposition du tribunal d’application des peines (TAP) pour des viols et des attentats à la pudeur au préjudice de sa sœur âgée de 10 ans, entre 2008 et 2012 à La Louvière. Défaillant à son procès, le tribunal a ordonné son arrestation immédiate.

En décembre 2012 suite à une crise de colère du prévenu, sa mère s’est enfuie avec sa fille Carla (prénom d’emprunt) du domicile familial. Dans la voiture, Carla a révélé que son frère l’avait violée à plusieurs reprises alors qu’elle était âgée de dix ans. Il ressort des différentes auditions que la jeune fille a été abusée entre ses dix et ses quatorze ans au domicile familial, en l’absence de leurs parents, par son frère aîné. Samy, le prévenu, interrogé pendant l’enquête, a reconnu trois fellations et des attouchements aux parties intimes de sa sœur. Il a cependant contesté être l’instigateur des rapports incestueux avec sa sœur, être majeur à l’époque des faits et la durée de la période infractionnelle.

Reste que selon le tribunal, il n’existe aucun doute raisonnable sur le fait que le prévenu ait commis le crime de viol avec l’aide de violence sur sa sœur. La chambre à trois juges s’est basée notamment sur les aveux partiels du prévenu au cours de l’enquête, les déclarations de la mère de la fratrie et celles estimées “crédibles avec une forte probabilité” de la victime. Samy a admis des “situations équivoques en regardant un film pornographique mais estime que c’est sa sœur qui a déclenché des scènes,” relève l’expert psychiatre.

Quant à la peine, le tribunal a tenu compte du mépris que les faits supposent, de “leur caractère malsain” dont “les conséquences sont considérables” sur la victime, de son état de récidive, de son manque de rigueur par rapport aux interdits, de l’absence de prise de conscience du prévenu quant à sa lourde responsabilité dans les faits. “Il persiste en effet à déclarer que sa sœur était l’instigatrice des situations incestueuses alors qu’il est de huit ans son aîné”, a précisé le tribunal, qui a l’issu du prononcé du jugement a ordonné l’arrestation immédiate du prévenu.

Source DH 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.