Marne : soupçons «d’attouchements» par un prêtre, enquête ouverte

L’homme avait fait l’objet de signalements de la part des autorités religieuses.

Une enquête a été ouverte après des actes «d’attouchements» présumés par un prêtre du diocèse de Châlons-en-Champagne (Marne) sur plusieurs victimes, a-t-on appris mercredi auprès du parquet de la ville. L’homme avait fait l’objet de signalements de la part des autorités religieuses.

«Dans l’attente de l’audition des personnes ayant formé le signalement, ces agissements sont qualifiés d’attouchements, sans plus de précisions, et auraient été commis au préjudice de plusieurs victimes sans qu’aucune identité n’ait été communiquée à mes services», indique Éric Virbel, le procureur de la République de Châlons-en-Champagne.

Une famille aurait prévenu la cellule anti-pédophilie

L’évêque de Châlons, Mgr François Touvet, affirme dans un communiqué avoir été informé le 26 mars qu’une famille avait émis ce signalement à la cellule permanente de lutte contre la pédophilie de la Conférence des évêques de France. Elle mettrait en cause ce prêtre responsable du foyer de charité de Baye, un château qui accueille des retraites spirituelles dans la Marne.

Le parquet aurait ainsi reçu une première alerte le 27 mars émanant de Mgr Touvet, suivie le lendemain d’un signalement du responsable national des foyers de charité, et d’une lettre des personnes à l’origine du signalement à la cellule nationale de lutte contre la pédophilie de l’Église catholique.

 «Détermination à demander la vérité»Mgr Touvet a décrété dans son communiqué que le prêtre «ne devra plus résider dans le diocèse de Châlons ni y exercer un quelconque ministère auprès de mineurs tant que la justice ne se sera pas prononcée».

«Mes pensées vont en priorité aux victimes et à leurs familles, je redis ma détermination à demander la vérité, et ma disponibilité pour accueillir et écouter, en toute humilité», a-t-il ajouté, précisant que le prêtre ne résidait plus sur place. L’enquête a été confiée à la gendarmerie.

Avec AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.