De la prison avec sursis pour les parents violents

Le couple était poursuivi pour avoir régulièrement frappé ses cinq fils.

Ceinture en cuir, manche à balai, cuillère en bois et câbles. Le parquet reprochait aux deux parents d’avoir régulièrement infligé des coups et blessures à leurs cinq enfants en utilisant un véritable arsenal. À la barre, père et mère avaient reconnu avoir porté des coups à leurs enfants, mais contesté les blessures. «On ne les a jamais emmenés aux urgences», s’était ainsi défendue la mère, âgée de 47 ans. Le père (51 ans), quant à lui, assurait qu’ils avaient toujours donné une bonne éducation à leurs enfants.

L’enquête avait été déclenchée à la suite d’un signalement du SPOS du lycée. Début décembre 2016, le troisième des fils, âgé alors de 12 ans, s’y était présenté en pleurs après avoir une nouvelle fois été frappé par son père. Lors de son audition à la police, il s’était avéré que toute la fratrie avait déjà reçu des coups des parents : cela allait de la simple gifle aux coups au moyen d’objets.

«On n’est pas des parents qui se lèvent pour taper du matin au soir nos enfants!, avait insisté la mère au foyer face aux juges. On a grandi dans un milieu au Sénégal où on donne des fessées.» Le fin mot des parents était toutefois qu’ils avaient renoncé à toute violence.

Mercredi après-midi, la 13e chambre correctionnelle a condamné la mère à 24 mois de prison avec sursis et le père à 18 mois avec sursis. Tous les deux sont placés sous le régime du sursis probatoire avec l’obligation de suivre un traitement psychiatrique et de prendre rendez-vous au service de consultation et d’aide pour auteurs de violence Riicht Eraus. Enfin, ils écopent chacun d’une amende de 650 euros. Aux cinq enfants, ils doivent verser un total de 3 000 euros au titre des dommages. Ils ont 40 jours pour interjeter appel.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*