Murielle Bolle et les époux Jacob tentent de faire annuler leur mise en examen

Une bataille juridique est attendue ce vendredi matin à Dijon. Les avocats de Murielle Bolle et des époux Jacob vont plaider devant la chambre de l’instruction la nullité des mises en examen de leurs clients.

Les avocats de Murielle Bolle et des époux Jacob, mis en cause dans l’affaire Grégory, vont plaider ce vendredi devant la chambre de l’instruction de Dijon la nullité des mises en examen de leurs clients.

L’audience, initialement prévue fin mars, avait été reportée en raison du mouvement de grève des avocats rappelle nos confrères de L’Est Républicain.

Les avocats de Mme Bolle, mise en examen en juin pour le rapt mortel de Grégory Villemin, pointent « l’absence d’indices graves et concordants » et entendent « démontrer qu’elle n’a rien à voir, ni de près, ni de loin » avec la mort du petit garçon de quatre ans retrouvé dans la rivière Vologne il y a plus de 33 ans.

Ils plaideront aussi pour que la chambre de l’instruction autorise leur cliente à rentrer chez elle dans les Vosges, après une première demande rejetée fin janvier. Depuis début août, Murielle Bolle est contrainte de résider dans la Nièvre.

Septuagénaires, Marcel et Jacqueline Jacob sont quant à eux soupçonnés d’avoir été les « corbeaux » de l’affaire, à l’origine de plusieurs lettres anonymes bien renseignées. Le grand-oncle et la grand-tante du petit Grégory seraient impliqués dans le rapt et la mort du garçonnet dans le cadre d’un « acte collectif ».

Leurs avocats, qui martèlent depuis des mois l’innocence de leurs clients, affirment aussi que leur mise en examen, en juin dernier, « est nulle car leurs droits élémentaires ne leur ont pas été notifiés ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.