Narbonne : Placé en garde à vue, il saute par la fenête du commissariat et meurt

Ce samedi vers 14h00, un homme placé en garde à vue au commissariat de Narbonne pour violences conjugales s’est donné la mort en sautant par la fenêtre depuis une salle située au troisième étage. Une information qui nous a été confirmée par le procureur de la République à Narbonne.

En pleine garde à vue, un homme de 41 ans s’est suicidé, ce samedi vers 14h00, en sautant par la fenêtre depuis une salle située au 3ème étage du commissariat de Narbonne.

U​n homme se suicide en pleine garde à vue

Joint par téléphone par France 3 Languedoc-Roussillon, David Charmatz, procureur de la République à Narbonne, précise que cet événement s’est produit « alors qu’un officier de police judiciaire terminait son audition ». Cet homme, qui « n’avait jamais été condamné jusqu’à présent », « a voulu mettre fin à ses jours en se précipitant par la fenêtre. (…) Le policier n’a malheureusement pas réussi à le retenir malgré ses efforts. Cet individu a donc chuté dans la cour du commissariat où les pompiers n’ont pu que constater son décès », indique le procureur.

En garde à vue pour violences conjugales

L’homme était en garde à vue depuis jeudi 12 avril en fin de journée. Sa garde à vue avait été prolongée vendredi. Il a également fait l’objet une expertise psychiatrique vendredi. A l’issue de sa garde à vue, cet homme de 41 ans « devait être déféré au parquet en vue d’une poursuite devant le tribunal correctionnel. », poursuit David Charmatz. Une poursuite pour « violences habituelles sur sa compagne, mère de ses enfants et des faits de harcèlement sur celle-ci ».

L’IGPN saisie​

Interrogé sur les circonstances de ce drame, le procureur de la République à Narbonne a indiqué qu' »à ce stade de l’enquête, ces éléments ne sont pas éclaircis. » « J’ai saisi l’inspection générale de la police nationale (IGPN), qui a une antenne à Marseille, de ce dossier afin d’enquêter sur les causes et les circonstances du décès de ce gardé à vue. Le service de l’identité judiciaire du SRPJ de Montpellier est en charge des constatations techniques relatives à cette chute. », poursuit le procureur qui a dit « ne pas être en mesure » de nous indiquer le nombre de policiers présents dans la salle au moment du drame pour l’instant. « C’est l’enquête qui le déterminera », a-t-il tranché.

Source FR3 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.