Val-de-Marne : un père et son fils roués de coups en intervenant sur un vol

Marolles-en-Brie, ce lundi après-midi. C’est dans ce paisible lotissement qu’un père de famille et son fils ont été roués de coups ce dimanche après-midi

Un homme de 62 ans et son fils de 31 ans ont été passés à tabac à Marolles-en-Brie dimanche après-midi alors qu’ils voulaient faire fuir des ados qui volaient des chaises chez leur voisin.

Son tibia et son péroné sont fracturés ; il s’attend à ce que sa voiture soit incendiée par représailles ; mais il vous raconte la scène comme s’il agissait d’une péripétie à l’anniversaire des 60 ans de sa femme. Cet habitant de Marolles et son fils ont pourtant subi un tabassage en règle devant chez eux dimanche après-midi. Tout ça parce qu’ils s’opposaient à un vol qui se déroulait sous leurs yeux dans le jardin de leur voisin.

Les policiers de la brigade anti-criminalité de Boissy-Saint-Léger sont parvenus peu de temps après à interpeller sept adolescents de Marolles et Santeny soupçonnés d’être les auteurs de ce passage à tabac. Deux d’entre eux pourraient être déférés ce mardi au tribunal de Créteil.

C’est arrivé au dessert vers 15 h 40. « J’ai vu par la fenêtre deux hommes dans le jardin de mon voisin », lâche le père. Les adolescents sont en train de voler deux chaises de jardin en vue d’un barbecue. Le retraité de 62 ans « fait sa grosse voix » pour les faire fuir, raconte son fils, âgé lui de 31 ans. Les voleurs prennent la poudre d’escampette.

Le père sort devant chez lui pour s’assurer qu’ils sont bien partis. Mais pas du tout. Ils sont sept devant la maison du voisin. « Je les ai reconnus ça fait des années qu’ils pourrissent la vie du quartier », soupire-t-il. Il a peine le temps de s’approcher que les premiers coups pleuvent. « Ils m’ont sauté dessus », résume-t-il.

Le fils sort pour lui venir en aide. Il a beau avoir pratiqué les arts martiaux, il n’aura pas le temps de porter un seul coup. « Il a réussi à en dégager deux ou trois, se souvient son père. Mais il s’est retrouvé dans un coin. Je me suis relevé pour essayer de l’aider. C’est là qu’un des gars a pris son élan et m’a cassé la jambe ».

Les agresseurs présumés interpellés

Pendant ce temps, un témoin a appelé la (…)

Lire la suite sur LeParisien.fr

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire