AUDE : Il meurt noyé dans une piscine à deux ans

Mercredi, dans le village de Cuxac-d’Aude, à moins de 10 km au nord de Narbonne, un enfant de 2 ans s’est noyé dans la piscine familiale.

Sur les coups de 13 heures, les sapeurs-pompiers du centre de secours de Coursan sont en effet intervenus pour un accident domestique. Un garçonnet de deux ans venait, en fait, de chuter dans la piscine familiale. À l’arrivée des secours, sur place, le petit se trouvait en arrêt cardio-respiratoire. Malgré des efforts de réanimation, l’enfant ne reviendra pas à la vie. Le décès était déclaré peu avant 14 heures.

L’enfant a échappé l’espace de quelques instants à la surveillance de ses parents… Assez pour provoquer cette tragédie. Évidemment, à Cuxac-d’Aude, c’est la consternation.

Une vigilance absolue à maintenir à l’approche des beaux-jours

« Ce fait divers s’abat, malheureusement si j’ose dire, même si cela aurait été terrible pour n’importe qui, sur une famille extrêmement appréciée à Cuxac. Tout le monde les connaît. Ils entretiennent d’excellentes relations avec l’ensemble de la population ici. Et pour cause, les deux parents sont conducteurs de bus chez nous. Ils transportent les enfants de commune. Chacun sait, dans notre village, que ce sont deux personnes très à cheval sur la sécurité… Et voyez ce qui leur arrive… Que dire d’autres ? », se désolait, mercredi soir, le premier magistrat de Cuxac-d’Aude, Jacques Pociello.

Quant au procureur de la République de Narbonne, David Charmatz, il soulignait, lui aussi, naturellement, que « c’est un drame terrible qui endeuille cette famille». Il concluait qu’« à l’approche des beaux jours, la présence d’une piscine dans un jardin impose une vigilance absolue lorsqu’il y a de jeunes enfants. »

500 décès par an

Selon une enquête de l’INVS (Institut de veille sanitaire), les noyades accidentelles, en France, entraînent plus de 500 décès par an. Chez les moins de 15 ans, elles constituent la deuxième cause de décès accidentel, après les accidents de la circulation.

La loi encadre strictement l’usage de piscines privées enterrées. Ceux qui en disposent doivent installer, au moins, un de ces quatre dispositifs de sécurité : couverture, barrière, alarme ou abri de piscine.

Source la DPM 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire