Affaire Grégory: Une expertise graphologique désigne Monique Villemin comme l’auteur de plusieurs courriers anonymes

ENQUETE La grand-mère paternelle du jeune garçon aurait rédigé plusieurs courriers au juge Lambert, dont celui signé « Corinne »…

Du nouveau dans l’affaire Grégory. Les enquêteurs pensent avoir identifié l’auteur de plusieurs lettres anonymes reçues par le juge Lambert. Une expertise graphologique désignerait Monique Villemin, la grand-mère du jeune garçon, comme la rédactrice de certains courriers anonymes, dont un daté de 1985 qui accusait Bernard Laroche, rapporte Le Journal du Dimanche.

Les experts graphologues, qui prennent soin d’employer le conditionnel, imputent donc aujourd’hui trois nouvelles lettres à Monique Villemin, dont celle signée « Corinne ».

« Je ne peux plus garder pour moi ce que […] Muriel m’a raconté »

« Monsieur le Guge [sic], je m’appelle Corinne, j’ai 16 ans je suis une amie de Muriel la belle sœur de Bernard Laroche… » Cette lettre, adressée au juge Lambert, a été postée de Villeneuve-sur-Lot (Lot-et-Garonne) le 6 août 1985.

« Je ne peux plus garder pour moi ce que […] Muriel ma raconté », écrit Corinne dans cette lettre, truffée de fautes d’orthographe. Derrière ce prénom, l’experte graphologue Christine Navarro croit donc avoir identifié la grand-mère de Grégory, Monique Villemin.

Monique Villemin au coeur de l’affaire

Issue du clan Jacob, mariée à un Villemin alors qu’elle était enceinte d’un autre, la grand-mère paternelle de Grégory est l’un des personnages clés de l’affaire. Beaucoup sont persuadés qu’elle en sait plus qu’elle ne veut bien dire.

En 2017, elle avait déjà été suspectée d’avoir rédigé une lettre de menaces anonyme à l’encontre du juge Simon en 1989. Grâce au délai de prescription, Monique Villemin n’a pas été mise en examen.

D’après 20 Minutes  

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire