Angélique, 13 ans, a été séquestrée et violée avant d’être tuée : le terrible récit du procureur

Disparue mercredi, la fillette a été retrouvée morte samedi soir dans le Nord.

Un peu moins de deux jours après les aveux de David R., le procureur de la République Thierry Pocquet du Haut-Jussé, a donné des détails ce lundi sur les circonstances du décès de la petite Angélique, retrouvée morte samedi soir à Wambrechies, près de Lille.

David R., 45 ans, devait être présenté ce lundi après-midi au parquet pour « séquestration de mineur de moins de 15 ans en vue de la préparation d’un crime, viol sur mineur de moins de 15 ans et meurtre sur mineur de moins de 15 ans». Le procureur de la République a détaillé la journée meurtrière de ce père de deux enfants.

Lors de sa garde à vue, David R. a expliqué que mercredi, son jour de repos, il était seul chez lui car sa famille se trouvait dans le sud de la France. Il serait allé à Lille (Nord) dans un sex-shop pour y acheter « des pilules contre les troubles de l’érection ». Il aurait également acheté « des bières », relativement « titrées », c’est-à-dire, fortement alcoolisées. Revenu chez lui, selon ses aveux, il aurait pris une ou deux pilules et bu deux ou trois canettes de bière. Il se serait ensuite endormi devant la télévision.

A son réveil, raconte-t-il encore, il ne « se sentait pas bien » et serait sorti « prendre l’air ». C’est là qu’il aurait croisé Angélique, dans le parc. Le procureur détaille : « Il a eu envie d’elle ». Le suspect aurait ainsi reconnu : « C’était plus fort que moi ». David R. aurait attiré la jeune fille chez lui en prétendant devoir lui rendre un objet appartenant à ses parents. Angélique l’a suivi chez lui.

Il aurait tenté d’enterrer le corps

Là, il lui aurait offert à boire puis engagé une conversation posant des questions de plus en plus intimes. La victime aurait a plusieurs reprises tenté de fuir. Mais selon ce récit difficilement soutenable, le suspect l’aurait ensuite violé dans les toilettes avant de l’étrangler avec son pantalon. « Quand elle a commencé à se débattre, il a su qu’il fallait la tuer », rapporte le procureur.

Les événements s’enchaînent ensuite très rapidement : David R. aurait ensuite nettoyé les traces de sang et mis le corps d’Angélique dans une voiture qu’il aurait rangé dans son coffre. Il aurait ensuite pris le volant pour s’arrêter vers 19 heures afin d’acheter une pelle. Avant de conduire jusqu’au bois de Quesnoy-sur-Deûle afin d’y creuser à un trou pour y cacher le corps. N’y parvenant pas, il l’a dissimulée dans un fourré.

Angélique est décédée d’une «asphyxie traumatique »

David R. serait rentré chez lui, et aurait écrit une lettre à sa femme et à ses enfants. Ses missives ont été retrouvées rangées à son domicile de Wambrechies.

Emu, le procureur Thierry Pocquet du Haut-Jussé raconte l’horreur et la tristesse des enquêteurs en découvrant le corps de la fillette dont l’autopsie pratiquée ce lundi « confirme globalement » les aveux de David R. La fillette est décédée d’une «asphyxie traumatique».

Ce dernier, selon les déclarations du procureur, était inscrit au fichier des délinquants sexuels car il avait été condamné pour un viol avec arme sur une enfant de 12 ans ainsi que les agressions sexuelles de deux femmes agées d’une quarantaine d’années.

Source LP

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire