Justice : Légitime défense plaidée pour une femme qui a tué son mari ?

Elle assure s’être défendue face à un énième accès de violence: une psychologue, ex-cadre de la Banque de France, comparaît mardi devant les assises des Bouches-du-Rhône pour le meurtre de son ex-mari, dont elle avait jeté le corps à la mer après l’avoir étouffé en 2010.

Le 4 octobre 2010, au large des calanques de Marseille, les marins-pompiers repêchaient un corps lesté d’une ancre marine, les poignets enchaînés et la tête recouverte d’une bande adhésive. Le cadavre est celui de Jacques Metais, un retraité du secteur bancaire de 66 ans.

Soupçonnée de l’avoir étouffé quelques jours plus tôt sur son catamaran amarré à Bandol (Var), puis de s’être débarrassé du corps au large, son ex-femme Annie Slama, de 13 ans sa cadette, finira par avouer le crime huit mois plus tard, en assurant qu’elle n’avait fait que se défendre.

Poursuivie pour meurtre, l’accusée qui comparaît libre après avoir effectué 18 mois de détention provisoire, avait dans un premier temps nié avoir un quelconque rapport avec la disparition de son ex-époux, avec qui elle avait gardé des liens depuis leur séparation.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*