Meurtre de Patricia Bouchon : le suspect pourrait être innocenté

Dans le cadre de l’enquête sur le meurtre de la joggeuse de Bouloc, en Haute-Garonne, le principal suspect pourrait être innocenté.

Ce matin, la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Toulouse statuait sur le renvoi de Laurent Dejean devant la cour d’assises et l’avocat général a requis un non-lieu.

Patricia Bouchon avait disparu le 14 février 2011 alors qu’elle effectuait son jogging très tôt le matin à Bouloc .

Le corps sans vie de cette secrétaire de 49 ans avait été découvert 45 jours plus tard dans une canalisation dans un endroit isolé en pleine campagne. Elle avait les vertèbres et le crâne enfoncés, un gant en latex enfoncé dans la gorge. Elle a été tuée par strangulation.

En février 2015, soit 4 ans après les faits, Laurent Dejean a été interpellé et, depuis 3 ans, il se trouve en détention provisoire.

Le suspect avait été présenté comme psychotique, ayant déjà subi des hospitalisations d’office et des traitements très lourds. Il était aussi adepte des paradis artificiels, alcool et toxiques divers.

Cet ancien plaquiste avait demandé un arrêt de travail, dix jours après le meurtre, pour suivre des soins psychiatriques, et n’avait pas repris son emploi.

Selon la défense, l’enquête n’a depuis pas permis de rattacher M. Dejean au crime avec deux éléments principaux: « L’ADN retrouvé sur la victime est celui d’un homme mais pas le sien et la voiture aperçue sur les lieux était une Clio grise alors que la sienne était blanche ».

En outre, M. Dejean « n’a jamais été reconnu par celui qui avait permis à la police de faire le portrait-robot » en 2013 et « les témoins auditifs de la scène n’ont pas reconnu sa voix », a encore fait remarquer Me Pierre Debuisson.

La décision sera connue le 16 février. Si les magistrats suivent les réquisitions du parquet, Laurent Dejean sera libéré et il faudra reprendre l’enquête à zéro.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire