Le corps du père, disparu avec sa fille, retrouvé dans l’Aude, dans une fosse septique d’une habitation

Dans le cadre de l’enquête sur les disparus de l’Ariège, les cadavres de Christophe Orsaz et de sa fille Célia ont été retrouvés ce mardi matin.

Le corps du père se trouvait dans la fosse septique d’une maison abandonnée de la forêt de Picaussel, entre l’Aude et de l’Ariège.

C’est une des quatre personnes, placées depuis hier en garde à vue qui a avoué le double meurtre et qui a indiqué aux enquêteurs où se trouvaient les corps.

Les quatre suspects, sont une infirmière qui est l’ex-maîtresse de Christophe Orsaz âgée de 57 ans, son amant, un mécanicien de 47 ans qui a reconnu les faits, l’ex-mari de l’infirmière et un ami du mécanicien.

Ces derniers ont tendu un piège à Christophe Orsaz. Ils ont téléphoné à ce jardinier paysagiste de 46 ans en se faisant passer pour un client potentiel, qui lui a donné rendez-vous le 30 novembre 2017.

Il s’est alors rendu au rendez-vous, accompagné de sa fille de 18 ans qu’il devait emmener ensuite à la gare de Pamiers.

Lorsqu’ils sont arrivés sur les lieux, plusieurs personnes munies de barre de fer les attendaient. Christophe Orsaz aurait alors été battu à mort et son corps jeté une fosse septique abandonnée.

Sa fille, Célia, a, elle, été extraite de la voiture et abattue d’un coup de fusil de chasse.

Pour l’instant le mobile reste flou. Christophe Orsaz avait eu une relation tumultueuse avec l’infirmière, qui fréquentait régulièrement de sites de rencontres coquins, et lui aurait emprunté 10.000 euros.

Cette dernière, qui n’aurait pas supporté leur séparation, aurait manipulé un petit groupe d’homme pour mener une expédition punitive.

Selon nos informations, c’est le corps du père, âgé de 47 ans au moment de sa disparition, qui a été retrouvé en premier, dans le puisard d’une ferme abandonnée, à la limite de l’Aude et de l’Ariège.

Quant au corps de sa fille, Célia, il a été découvert un peu plus tard, dans la forêt, dissimulé sous des branchages, à proximité de cette ferme abandonnée. Les gendarmes avaient fait appel à de nouveaux chiens pour progresser dans leurs recherches.

C’est Jean-Paul, 48 ans, mécanicien d’ambulances originaire de Belesta (Ariège), en garde à vue depuis lundi, qui a conduit les gendarmes sur les lieux.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*