Une mère soupçonnée d’avoir tué sa fille hospitalisée d’office à Strasbourg

Examinée par un psychiatre, « l’expert, même s’il conclut à l’accessibilité à une peine pénale, a estimé que son état justifiait une hospitalisation d’office », a-t-il précisé. L’auteure présumée du meutre de l’enfant sera déférée devant un magistrat pour une possible mise en examen quand le juge en charge de l’instruction le demandera, a indiqué le parquet.

Selon les premiers éléments, les faits auraient été commis dimanche entre 10 heures et le milieu de matinée au domicile de la mère et de l’enfant à Lingolsheim près de Strasbourg, et la fillette est morte par « strangulation ».

Le parquet a annoncé avoir ouvert une « information judiciaire de chef d’assassinat », sur mineur de 15 ans avec la « circonstance aggravante de préméditation ».

Dimanche, la mère avait appelé elle-même le Samu, affirmant que son enfant ne respirait plus et qu’elle l’avait frappée, avait indiqué lundi une source proche de l’enquête. À leur arrivée, les pompiers n’avaient rien pu faire pour ranimer l’enfant. La mère avait été interpellée dans la foulée par la police et placée en garde à vue.

Entendue par les policiers, celle-ci avait dit plus tard avoir étranglé sa fille avec une écharpe, selon une source proche de l’enquête. Cette mère vivait seule avec sa fille, le père de la fillette étant en détention. Durant sa garde à vue, cette femme, « en état de choc », a évoqué avoir eu des « idées noires », a indiqué le parquet de Strasbourg.

Lundi, le domicile de la mère avait été perquisitionné par les enquêteurs. Une autopsie du corps de l’enfant est prévue mercredi.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*