Justice : Il avait torturé et mutilé sa victime de 19 ans

Écroué depuis le 4 mai dernier pour le meurtre barbare de la jeune Vanina, 19 ans, dans son appartement de la Convenance à Sainte-Marie deux jours plus tôt, Mari Ridaï-Mdallah se trouve ce matin au palais de Justice pour les besoins de l’enquête.

Le 6 juin dernier, il avait une nouvelle fois pris tout le monde de court en refusant au dernier moment d’être extrait de sa cellule du centre pénitentiaire de Domenjod. L’homme de 29 ans avait pourtant adressé il y a quelques jours un courrier à la magistrate en lui indiquant qu’il souhaitait revenir sur ses premières déclarations. Celle-ci avait répondu positivement, prévoyant une audition à son cabinet.

Mais au dernier moment, le détenu a changé d’avis, refusant se rendre au palais de justice. L’assassin présumé se trouve toujours en cellule d’isolement à Domenjod, à l’écart des autres détenus. Il continuerait de refuser tout suivi psychiatrique, en dépit d’un diagnostic de schizophrénie. Il ne serait toutefois à l’origine d’aucun trouble ou incident à l’intérieur de l’établissement.

Mari Ridaï-Mdallah est soupçonné d’avoir tué une étudiante en médecine de 19 ans, Vanina G., après lui avoir fait subir d’atroces mutilations au moyen d’un couteau dans la nuit du 2 au 3 mai dernier. Si les experts ont conclu dans un premier temps à une « abolition totale du discernement » le concernant, des compléments d’expertises doivent encore être menés dans le cadre de l’instruction.

Outre le caractère barbare des violences infligées à la jeune femme, l’homme avait confirmé sa dangerosité potentielle en tentant de s’en prendre aux gendarmes qui le surveillaient lors de sa garde à vue. Tous ses déplacements sont depuis encadrés par des unités d’élite de la gendarmerie ou de la police.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*