Etats-Unis : un adolescent de 16 ans, meurt piégé dans un minivan Honda

Mardi dernier, Kyle Plush, élève d’un lycée de l’Ohio (nord-est) est mort après avoir appelé le numéro d’urgence 911 et signalé qu’il était coincé à l’intérieur de sa voiture dans le parking de son école.

« Dites à ma mère que je l’aime si je meurs ! » Ces mots terrifiants ont été prononcés, lors de son appel à l’aide au 911, par Kyle Plush, un adolescent américain de 16 ans. Malgré son SOS, le jeune homme est mort piégé dans une Honda Odyssey, dont des modèles plus récents font l’objet d’un rappel pour un problème de siège.

Mardi dernier, Kyle Plush, élève d’un lycée de l’Ohio (nord-est) est mort après avoir appelé le numéro d’urgence 911 et signalé qu’il était coincé à l’intérieur de sa voiture dans le parking de son école, a expliqué jeudi la police locale de Hamilton, au nord de Cincinnati.

L’adolescent essayait de récupérer son matériel de tennis dans son minivan, une Honda Odyssey année 2004, quand le siège de la seconde rangée s’est déplacé et l’a coincé.

Il n’a été retrouvé que mardi soir, vers 21 heures, plusieurs heures après son premier appel au secours, enregistré à 15 h 16. La police n’avait pas réussi à le localiser bien que l’adolescent a répété, alors qu’il avait du mal à respirer, un nouvel appel au 911 comme le révèle le site de WCPO Cincinnati : « Ce n’est pas une blague » a lâché Kyle Plush. « Je suis pris au piège dans une fourgonnette Honda Odyssey de couleur or sur le parking de Seven Hills… Envoyez de l’aide immédiatement, je suis presque mort. »

Mort par asphyxie par compression de la poitrine

Les premiers éléments de l’enquête suggèrent une mort par asphyxie par compression de la poitrine, selon la police. Selon les médias américains, l’opérateur du 911 qui a pris le deuxième appel de Kyle Plush a été mis en congé administratif car il n’a pas transmis la marque de la voiture, ni la couleur aux policiers.

Cette mort accidentelle intervient près de cinq mois après que Honda eut décidé de rappeler 800 000 minivans en Amérique du nord (Etats-Unis, Canada et Mexique), produits entre 2011 et 2017. En cause : le groupe a constaté que les sièges de la deuxième rangée pouvaient se déplacer vers l’avant si leur position était modifiée.

A l’époque, Honda avait été informé de 46 cas de blessures légères liés à ce genre d’incident, qui toutefois, affirmait-il, ne survenait pas si les sièges étaient « correctement fixés ».

Les Honda Odyssey produites en 2004, comme celle dans laquelle l’adolescent a trouvé la mort, ne figuraient pas parmi les modèles rappelés.

« Nos pensées vont vers la famille de la victime en ce moment difficile. Honda n’a pas d’information spécifique sur la base de laquelle il est possible de déterminer ce qui s’est passé », a déclaré le groupe dans un courriel. « Nous pouvons toutefois confirmer qu’il n’y avait aucun problème de siège affectant les Honda Odyssey produits en 2004 », a-t-il ajouté.

Avec AFP

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire