Bobigny : deux nourrissons dans le coma, leur père mis en examen

L’homme a été placé en détention provisoire dimanche.

Des jumeaux de deux mois, un garçon et sa sœur, entre la vie et la mort, leur père mis en examen et placé en détention provisoire. « C’est une affaire terrible, extrêmement difficile à démêler, avec une grande souffrance de toute part et une famille détruite », résume une source proche de ces faits, survenus à Bobigny en fin de semaine dernière.

Les secours ont été appelés dans la cité Paul-Eluard, en pleine nuit, du 12 au 13 avril. La maman des jumeaux serait allée chercher de l’aide chez une voisine, prise de panique lorsqu’elle a découvert son enfant inanimé. La famille aurait participé à une petite fête, dans la soirée d’où le papa était reparti le premier avec les enfants. D’après les premiers éléments de l’enquête, confiée par le parquet à la Sûreté territoriale, le fils était malade, et le père est rentré, le premier, avec les deux enfants. En garde à vue, il aurait dit avoir voulu susciter une réaction chez son enfant, inerte. Que s’est-il passé durant ces minutes où il était seul avec ses enfants ?

Lorsque les secours sont arrivés, vers 2 heures du matin, le bébé était inconscient. Il a été hospitalisé en urgence. Ce n’est que plus tard, que sa sœur a elle aussi été hospitalisée. « C’est en la voyant dans les bras de sa mère que les médecins ont compris qu’il y avait aussi un problème pour elle », ajoute une source proche de l’affaire.

Des examens complémentaires attendus

Des scanners ont mis en lumière que chaque bébé souffre d’un hématome sous-dural. De quand datent-ils ? Personne n’avait rien signalé jusqu’alors. Le petit garçon avait vu un médecin une dizaine de jours auparavant. Le dossier devra être transmis au juge d’instruction. Des examens neurologiques complémentaires devront être pratiqués.

Le père a été mis en examen pour violences ayant entraîné une infirmité, ou mutilation permanente sur mineur de moins de 15 ans. « Les symptômes sont évocateurs du syndrome du bébé secoué, source de séquelles mentales ou physiques lourdes pour l’enfant, mais il est encore trop tôt pour savoir ce qu’il s’est passé », résume une autre source. A ce stade, aucune charge ne pèse actuellement contre la maman. Dans l’urgence, le parquet a pris une ordonnance de placement provisoire des deux enfants, pour retirer leur garde aux parents.

AVEC LE PARISIEN

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire