Apt : un homme condamné pour avoir menacé ses deux ex-compagnes

Image press

Pendant plusieurs mois, Yvan Lainé n’a cessé de menacer ses deux ex-compagnes. Deux femmes encore apeurées par la présence de l’homme de 43 ans. « Chaque mois, c’était environ dix appels et cinquante SMS qui étaient envoyés », rappelle Me Rayne, avocate de l’une des victimes, à la barre du tribunal correctionnel d’Avignon.

Lors de ces appels à répétition, l’homme menaçait et insultait son ancienne compagne dont il est officiellement séparé depuis le mois de novembre. Il n’avait pas hésité à menacer de viol l’enfant de 18 mois qu’ils avaient eu ensemble. À trois reprises, la jeune maman avait dû se rendre à la gendarmerie d’Apt afin de déposer plainte contre lui. Des menaces qui se sont intensifiées durant le mois de mars. « Elle me réclamait 30 de pension alimentaire », se défend-il devant le tribunal. Avant d’ajouter « ma fille de 7 ans était entre la vie et la mort, je venais d’apprendre qu’elle souffrait d’une leucémie et j’ai agi sur le coup de l’énervement ». Mais, ces menaces, il ne les a pas seulement faites à l’encontre de son « ex ». Il les a réédités, le 6 mars, auprès de la mère de sa fille malade qui a également porté plainte craignant pour sa santé physique.

La question du retrait de l’autorité parentale soulevée

Le profil de cet homme n’est pas commun. Dépressif et sous traitement, il n’avait pas jugé bon de le continuer lors de l’hospitalisation de sa fille ; ce qui l’aurait conduit à ces agissements envers ses anciennes conjointes. L’avocat de la mère de la fillette, Me Beveraggi n’a pas hésité à rappeler les lourds antécédents de l’homme. Ancien toxicomane, il avait vu sa fille placée en famille d’accueil en 2015 lorsque celle-ci était en vacances durant un mois à son domicile d’Apt. « Lors d’une rave-party, la fillette avait été découverte devant une boulangerie de Venasque. Des tests d’urine avaient révélé des traces d’amphétamines. Âgée de 4 ans à l’époque, son hygiène était déplorable, elle avait même fait un début de pelade et de nombreuses ecchymoses avaient été constatées sur le corps de la fillette ». Une situation exceptionnellement rare pour la procureur le Flao qui soulève « la psychologie inquiétante » du prévenu.

Durant ce procès, c’est le retrait ou non de l’autorité parentale qui faisait débat. Un retrait demandé par les parties civiles et le ministère public. « Jamais devant cette cour, je n’ai vu un père menacer ses propres enfants », déclare la procureur le Flao. Pour son avocat Me Bassompierre, « c’est aux juges des affaires familiales d’en décider et non à l’audience correctionnelle ». Les juges iront dans ce sens. Yvan Lainé a été reconnu coupable des menaces proférées à l’encontre de ces ex-compagnes mais a été relaxé pour d’autres faites à son fils. Il a été condamné à 18 mois d’emprisonnement dont un an avec sursis, à l’obligation de suivre des soins, à l’interdiction de tout contact avec les victimes et à verser aux deux femmes 2 600€ de dommages et intérêts.

Source  La Provence

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire