Royaume-Uni : 11 ans de prison pour avoir poignardé son compagnon, déguisée en clown

Une mère de femme britannique de 19 ans a récemment été condamnée à onze ans de prison après avoir poignardé son petit-ami. Elle lui avait précédemment envoyé un SMS dans lequel elle disait considérer les hommes comme des « sacrifices humains ».

Mercredi dans l’enceinte du palais de justice de Carlisle (Royaume-Uni), Zoe A., une mère de famille de 19 ans, a été condamnée à onze ans de prison pour avoir poignardé son petit-ami durant un rapport sexuel.

Lors des faits, le 29 juillet dernier, la jeune femme était déguisée en clown. The Telegraph rapporte qu’elle a murmuré “Fais-moi confiance” à l’oreille de l’adolescent de 17 ans avant de placer un oreiller sur son visage et de lui asséner des coups de couteau à la poitrine, à la cuisse et au bras.

Elle poignardé son petit-ami après avoir parlé de “mâles” tels des “sacrifices humains”

La saisie du téléphone de l’accusée a notamment permis de découvrir l’image d’une femme ensanglantée avec en légende : “Tuer est semblable à un paquet de chips : vous ne pouvez pas vous arrêter après y avoir goûté”. La jeune femme avait également envoyé le message suivant à Kieran B., sa future victime :

“Je ne pense pas aux mâles sauf si le mâle est attaché et utilisé en tant que sacrifice humain – tu devrais t’estimer heureux de ne pas être de ceux-là”. Une apparente promesse qu’elle n’aura vraisemblablement pas tenue.

Il lui avait confié que son pire cauchemar étaient les clowns aux pieds nus

Après avoir été poignardé, l’adolescent a connu des difficultés à trouver le sommeil suite aux dommages causés à son poumon et à la pneumonie ainsi provoquée. Il a déclaré qu’après être sorti de l’hôpital, il est apparu convaincu que cet acte avait été prémédité et que cette pensée le rendait “étrangement”plus serein vis-à-vis de cela.

Kieran a ajouté qu’il avait confié à sa petite-amie que les clowns aux pieds nus étaient son pire cauchemar. La prévenue a de son côté reconnu avoir poignardé sa victime mais avoir “surréagi”, et que les preuves trouvées dans son téléphone n’étaient que des “blagues”.

Source 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire