INSOLITE JUDICIAIRE : Le corps de deux frères retrouvés à quelques heures d’intervalles ( assassinat et suicide)

Les autopsies pratiquées en urgence ce vendredi après-midi sur les deux frères retrouvés décédés par balles, jeudi, l’un à son domicile de Montpellier, l’autre à son domicile du Crès, ont déterminé que le cadet aurait assassiné l’aîné, avant de mettre fin à ses jours. La même arme à feu aurait été utilisée. Les investigations qui commencent vont s’attacher à conforter ce fratricide.

Les autopsies pratiquées en urgence à la demande du procureur de la République de Montpellier, après la découverte sanglante séparées des corps de deux frères, jeudi, l’un à Montpellier, l’autre au Crès ont eu lieu à l’Institut médico-légal du CHU Lapeyronie, à Montpellier. Elles se sont achevées à 18h.

Il s’agissait de déterminer les causes des décès, la date et si une tierce personne peut être impliquée dans cette affaire criminelle. Jeudi, vers 8h, les policiers du commissariat central de Montpellier ont découvert un homme de 47 ans décédé par arme à feu à son domicile du quartier de Celleneuve. À ses pieds, les enquêteurs ont récupéré l’arme de poing.

Frères fâchés

Alors que la piste d’un suicide était explorée en l’attente d’une autopsie, le père de la victime qui a retrouvé ce premier cadavre faisait une seconde macabre découverte, celle de son autre fils, âgé de 50 ans, tué par balles dans l’appartement situé à l’étage de son entreprise spécialisée dans le béton, derrière la zone commerciale du Crès, sur la route de Vendargues.

Le père âgé de 76 ans qui voulait annoncer la mort de son fils à Celleneuve n’obtenant pas de réponse au téléphone s’est rendu chez son second fils au Crès à 14h45 et a fait la terrible découverte. L’enquête confiée aux gendarmes de la compagnie de Castelnau-le-Lez et à la section de recherches de Montpellier a formellement établi que les deux frères qui travaillaient ensemble au sein de l’entreprise de vente de béton étaient fâchés et que leurs rapports s’étaient dégradés.

Quel détail déclencheur ?

L’hypothèse que le cadet ait assassiné l’aîné, avant de mettre fin à ses jours étaient avancée, avant les autopsies. Celles-ci ont donc confirmé cette thèse : le frère cadet a abattu l’aîné sans doute dans la nuit de mercredi à jeudi chez lui, au Crès, avant de venir se suicider à son domicile de Montpellier. Mais, les investigations de la brigade de recherches de Castelnau-le-Lez, avec la section de recherches de Montpellier commencent à peine : il s’agit de confirmer ce terrible scénario, de l’affiner par des éléments matériels et d’établir le mobile. En clair, quel a été le détail déclencheur du passage à l’acte d’un des frères qui se détestaient.

Le père des deux victimes qui va être entendu devrait sans doute éclairer les gendarmes.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire