Maëva, 20 ans, retrouvée morte pendue à la grille d’un lycée : sa famille ne croit pas au suicide

Maëva Damay, 20 ans, avait été retrouvée morte le 13 janvier 2018, au petit matin, pendue au grillage d’enceinte du lycée René-Char d’Avignon (84). La veille, dans la nuit du 12 au 13 janvier, la jeune femme s’était disputée avec une copine en discothèque.

Lire notre article précédent sur l’affaire en cliquant ici 

Cette dernière affirme qu’elle était la petite-amie de la victime et que cette dernière avait des tendances suicidaires. Au départ la piste du suicide était privilégiée. Mais un élément troublant vient mettre à mal cette thèse : les pieds de la victime touchaient le sol…

Une information judiciaire a alors été ouverte pour recherche des causes de la mort. La veille, juste avant de sortir, la victime avait envoyé ce message à sa maman : “Bisous maman je t’aime… À demain”.

Pour la mère, c’est impossible que sa fille se soit donné la mort : « Maëva était une fille pétillante, une battante qui ne baissait jamais les bras  »

Passionnée par la coiffure, Maëva venait d’obtenir son CAP et avait trouvé un salon pour passer son brevet professionnel. Le 12 janvier, elle avait aménagé dans sa chambre un petit salon explique sa mère.

Et puis il y a cette photo de Maëva pendue, prise avec un smartphone vraisemblablement avant l’arrivée des pompiers. Un cliché diffusé sur Snapchat qui, dès le lendemain, s’est retrouvé entre les mains d’une amie de la victime. Puis de la famille.

Une marche blanche a été organisée ce dimanche à Bourg-Saint-Andeol (Ardèche), où réside la maman de la victime, afin d’ « inciter quiconque ayant croisé le chemin de Maëva à parler, à aller témoigner à la police »

Les proches de la jeune femme craignent que l’affaire soit classée en suicide. « Si c’est le cas, de toute manière, je me battrai pour prouver que ça n’en était pas un », ajoute encore sa maman. « On souhaite la vérité ».

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*