DOUAI: Le père de la petite Laurelyne jugé aux Assises pour l’avoir tuée

Jérôme Coppé sera jugé devant la cour d’assises du Nord à compter de ce lundi 5 février : il est accusé d’avoir volontairement tué sa fille dans la nuit du 1 er au 2 mars 2015. Photo SAMI BELLOUMI

C’est aux assises de Douai que s’ouvre le procès de Jérôme Coppé accusé d’avoir volontairement, dans la nuit du 1er au 2 mars 2015, à Landrecies, donné la mort à Laurelyne, sa fille de 8 ans.

Drame de la séparation

Jérôme Coppé ne supportait pas que sa compagne soit partie vivre avec un autre depuis trois semaines. Il avait gardé Laurelyne mais savait que sa mère comptait à terme la voir vivre avec elle. Le dimanche, avec son nouveau compagnon, elle avait voulu prendre des nouvelles de l’enfant chez son ex, dépressif. La porte était restée close. Avait-il déjà pris sa décision ? La préméditation est retenue dans ce procès.

Le passage à l’acte

Le 1er mars 2015, Jessica Moreau appelle les gendarmes. Elle est très inquiète car elle a reçu à 23 h 21 un SMS de Jérôme Coppé. Un message qui glace : «  Laurelyne est partie (tu la verras plus, tu la toucheras plus, tu l’embrasseras plus, plus jamais…  », a écrit Jérôme Coppé, en parlant de sa fille qui était chez lui.

Dans la chambre parentale, les pompiers découvrent Jérôme Coppé étendu sur le lit. Il a, dans ses bras, Laurelyne. Un couteau est retrouvé ainsi qu’un pistolet à air comprimé. Une trentaine de plaies sont relevées dans le thorax touchant des organes vitaux dont le cœur… Et dans la boîte crânienne de l’enfant, se trouve l’un des projectiles tiré avec un pistolet à air comprimé. Laurelyne décèdera d’une hémorragie causée par les coups de couteau. Il est 00 h 20 quand son décès est constaté.

La mort de la fillette a provoqué une onde de choc. Parmi les siens, dans sa cité, dans son école Gérard-Philippe. Et bien au-delà puisque la chanteuse Violetta, en concert à Douai, le 7 mars 2015, a dédié ses deux concerts nordistes à « un ange de 8 ans qui aurait dû partager ce spectacle avec nous ». Devant la cour d’assises du Nord, dès lundi, c’est de la souffrance qui se partage.

Qui défend qui ?

Jérôme Coppé, mis en accusation pour avoir avec préméditation volontairement donné la mort à Laurelyne Coppé, est défendu par le pénaliste catésien Me Jean-Marie Faugeroux, avocat au barreau de Cambrai.

Jessica Moreau, la mère de Laurelyne, a pour avocat Me Jean-Baptiste Henniaux du barreau d’Avesnes-sur-Helpe.

Le procès débute à 9 heures ce lundi.

Source la Voix du Nord

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire