Val d’oise : Les agresseurs du couple de lesbiennnes jugé par le Juge des enfants

Image Ouest-france

Deux jeunes filles qui s’aiment, ce n’est pas magnifique l’amour ? Pas le même point de vue pour les agresseurs homophobes qui  ont agressés deux jeunes filles dans le val d’Oise.

Ils devront en répondre devant le juge pour enfants. Cette agression avait mis en émoi les associations de la lutte contre l’homophobie, et indignée certaines classes politiques.

Deux mineurs, soupçonnés d’avoir agressé et insulté un couple de jeunes filles lesbiennes en banlieue parisienne vendredi, ont été libérés samedi en attendant leur comparution devant un tribunal pour enfants, a-t-on appris de source policière.

Les deux jeunes victimes, 17 et 18 ans, n’ont pas été blessées mais assurent avoir été violemment bousculées et s’être fait tirer les cheveux et les vêtements. Elles affirment aussi avoir été insultées en raison de leur orientation sexuelle. L’agression a démarré à Pontoise dans le Val-d’Oise, sur le quai de la ligne J du Transilien, a rappelé la source policière. Le couple a ensuite encore subi des menaces dans le train, pendant le trajet vers Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines).

Alors que risquent ces jeunes mineurs devant le juge des enfants.

C’est la question que Radio Capitole s’est posé et notre éducateur y répond. Le Juge des enfants est présent dans le cadre de mesures concernant des enfants mineurs. Il est donc chargé de sa protection, mais aussi de punir les mineurs en infraction pénale.

Dans cette affaire, les mineurs ne risquent pas grand-chose si ce n’est qu’une condamnation à une peine de travail d’intérêt général et une belle remontée de bretelles par le magistrat. Les mineurs sont défendus par leurs avocats respectifs soit en audience collégiale, soit en audiences pénales, ou même dans le bureau du magistrat jugent des enfants. Ils sont accompagnés de leurs parents, qui peuvent eux aussi être assisté d’un avocat. Les mesures et décisions rendues par le Juge des enfants sont applicables dès la sortie de l’audience. C’est-à-dire que le juge des enfants rend sa décision, et celle-ci est applicable immédiatement. En termes juridiques ont dit qu’elle est exécutoire provisoirement, même si les jeunes mineurs en infraction font appel de la décision du juge des enfants.

La décision rendue par le juge des enfants doit permettre à ces enfants mineurs de cerner, comprendre que ceux qu’ils ont commis est répréhensible pénalement, et qu’en tant que personnes majeures, la prison est inévitable. Or, ils sont mineurs, et par conséquent la sanction doit être prononcée en fonction de leurs âges, de leurs actes, et surtout elle doit être éducative. Le Juge des enfants va donc à l’audience éclaircir la situation, comprendre pour qu’elles raisons les deux enfants mineurs ont agi ainsi et sanctionné pour éviter la récidive et pour qu’éducativement les jeunes n’agissent plus ainsi.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire