Charleroi: «Ma fille a été violée par son père à 11 ans»

 

Noémie a 14 ans est hospitalisée à Van Gogh. Une fois de plus. «Elle souffre de graves problèmes psychologiques. Cela fait 3 ans qu’elle s’automutile avec tout ce qui tombe sous la main. Mais depuis l’automne, depuis qu’elle a dénoncé le viol dont elle a été victime, c’est de pire en pire» s’inquiète Aurélie. L’adolescente est en pleine crise: «C’est difficile à vivre, d’autant que je viens d’apprendre que la plainte avait été classée sans suite, faute d’éléments à charge».

Une douleur pour cette maman de voir sa fille se détruire à petit feu.

D’autant plus qu’il s’agit de son père. Pendant plus d’un 1 an, le père de famille abusait sa fille. Dormait avec elle, et sa mère ne se rendait compte de rien. C’est lorsqu’elle a reçu les premières confidences de sa petite fille que la mère l’a convaincue de déposer plainte contre son père.

Parole contre parole, le père niant les faits, ne sera jamais inquiété par la justice. 

Une douleur maternelle que la petite fille n’arrivera pas non plus à oublier.

C’est dur pour une petite fille d’avoir gardé ce secret pendant de si long mois. Beaucoup de femmes n’osent pas en parler par honte, par dégoût et parce que ce combat judiciaire est long, difficile…

Cette fille restera à jamais avec la crainte de revoir son violeur. Il faudra qu’elle oublie le violeur qu’il est mais difficile quand on sait que c’est et qu’il restera son père même si elle estime que c’est un monstre.

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire