Monde : Une mère avoue avoir noyé son bébé

La femme déclarée antérieurement inapte à comparaître devant le tribunal par un psychiatre est détenue pendant cinq jours supplémentaires

La femme qui a dit aux enquêteurs qu’elle maintenait son enfant sous l’eau parce qu’une voix divine lui a dit qu’il en ressortirait comme un homme adulte est accusé de meurtre, bien qu’un psychiatre l’ait déclarée inapte à se présenter au procès.

Les procureurs ont présenté des rapports d’audience à Ashdod lundi, déclarant leur intention de déposer un acte d’accusation pour meurtre contre la femme, dont l’identité est interdite de publication en vertu d’un ordre de bâillon. En raison de l’inculpation imminente pour meurtre, elle a été placée en détention préventive pendant cinq jours supplémentaires.

La mère du bébé de 1 mois est soupçonnée d’avoir plongé l’enfant au moins à trois reprises dans un jacuzzi d’hôtel le 2 avril, croyant qu’une voix divine lui disait qu’il était « le fils du Messie », comme le montrent des procès-verbaux antérieurs.

Elle a d’abord été soupçonnée d’avoir commis un acte criminel, une accusation beaucoup moins lourde que le meurtre, tandis que le père était soupçonné d’entrave à la justice.

Mais le père, dont l’avocat a affirmé qu’il n’avait rien à voir avec la mort du bébé, a été libéré plus tôt ce mois-ci, et la police aurait reconsidéré l’affaire le concernant.

La femme, qui a des antécédents psychiatriques, est actuellement hospitalisée dans un service psychiatrique sur ordonnance du tribunal. Une semaine après la tragédie, un psychiatre de district a jugé qu’elle n’était pas mentalement apte à comparaître devant le tribunal.

Le couple, tous deux âgés de 28 ans, a un fils de 7 ans et – selon les personnes impliquées dans l’affaire citée par les médias israéliens – avait récemment réussi à avoir un autre enfant après des années de tentatives.

Originaires de la région de Beit Shemesh, près de Jérusalem, ils étaient en vacances dans un hôtel à Ashdod pour la fête de Pessah quand le drame s’est produit.

La femme aurait changé plusieurs fois de version des faits.

Le jour de la noyade, les secouristes ont tenté de réanimer le nourrisson et l’ont emmené d’urgence au centre médical Assuta de la ville, mais le personnel médical n’a pas été en mesure de lui sauver la vie.

Le couple, des Juifs ultra-orthodoxes, s’est opposé à une demande de la police de procéder à une autopsie sur le corps du bébé pour permettre de déterminer la cause de la mort. La tradition juive s’oppose généralement aux autopsies au motif que le corps humain est sacré et ne doit pas être altéré après la mort.

En fin de compte, une autopsie a été réalisée en présence d’un médecin choisi par la famille, après que la Cour suprême a accepté la demande de la police.

Pendant plusieurs jours, les Juifs ultra-orthodoxes de Jérusalem, Ashdod et Beit Shemesh ont protesté contre l’enquête et l’autopsie prévue, bloquant temporairement la circulation et le réseau de tramway et en affrontant la police.

L’enterrement du bébé a été temporairement perturbé lorsque des membres d’une secte ultra-orthodoxe extrême ont enlevé le corps qui se trouvait dans une ambulance.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire