Montreuil : le violeur présumé se défenestre

AFP/Archives / JEAN-SEBASTIEN EVRARD

Une jeune fille de 17 ans déclare avoir été violée dans un foyer de travailleurs migrants. Pour échapper aux amis de la mineure, le suspect s’est défenestré.

Que s’est-il exactement passé derrière la porte de cette chambre du foyer Adoma des Ruffins à Montreuil ? Ce dimanche matin, elle était étroitement gardée par plusieurs policiers qui surveillaient également tout l’étage de cette résidence sociale de 118 logements. Dimanche vers 1 h 30, une jeune fille de 17 ans a déclaré avoir été violée par son occupant sous la menace d’un couteau.

Le suspect, un homme de 47 ans, s’est précipité par la fenêtre de son studio du troisième étage pour échapper aux jeunes qui criaient vengeance. « Ils étaient au moins huit, ils ont frappé à toutes les portes. Je leur ai conseillé d’appeler la police », explique un témoin qui alertera lui-même les secours.

Selon les premiers récits, la victime et une amie de son âge auraient été abordées dans la rue des Ruffins devant la résidence sociale par le quadragénaire. L’une d’elles l’aurait suivie dans la résidence pendant que son amie l’attendait en bas. Ne la voyant pas revenir, elle décide de monter au troisième étage. Elle raconte qu’elle aurait entendu crier sa copine et aurait alors décidé d’appeler des proches à la rescousse. De son côté, la victime a expliqué qu’elle avait été emmenée de force et abusée sous la menace d’un couteau.

Des versions différentes

Des témoins donnent une version différente, précisant que « les deux filles étaient déjà sorties quand les jeunes ont fait irruption dans la résidence » pour régler son compte à l’agresseur présumé. Celui-ci a préféré sauter par la fenêtre pour échapper à l’expédition punitive. Il a été transporté à l’hôpital dans un état critique et sous escorte policière.

Plus de douze heures après, la colère n’était pas retombée dans le quartier Montreau-Ruffins. La présence de plusieurs policiers dans la résidence sociale n’a pas dissuadé un petit groupe de monter au troisième étage et d’interpeller les résidents. « Si tu sais quelque chose, il faut parler. Je vais le crever car j’ai une petite sœur dans le quartier », a même menacé l’un d’eux.

L’enquête a été confiée à la sûreté territoriale. Le suspect n’a pas pu encore être placé en garde à vue en raison de son état de santé. La jeune fille a été transportée à l’unité médico-judiciaire (UMJ) de l’hôpital de Bondy.

Source LP

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire