Des sanctions annulés contre un entraîneur suite à des accusations d’agressions sexuelles

La commission d’appel de la Fédération française d’athlétisme a annulé les sanctions disciplinaires prises à l’encontre de l’entraîneur Pascal Machat, accusé par une athlète d’agression sexuelle, et suspendu la procédure en attendant les suites des enquêtes judiciaires, a affirmé son avocat à l’AFP mercredi 13 juin.

« La décision de première instance est annulée. La commission d’appel a décidé de surseoir à statuer dans l’attente des suites éventuelles des plaintes déposées » par l’athlète française Emma Oudiou et Pascal Machat, qui avait contre-attaqué notamment par une plainte en dénonciation calomnieuse, a expliqué l’avocat, Me Hubert Delarue, confirmant une information de lequipe.fr.

La Fédération d’athlétisme n’a pu être jointe dans l’immédiat pour confirmer cette information et l’avocate d’Emma Oudiou a souligné auprès de l’AFP ne pas avoir encore reçu la décision.

« En l’état, la commission estime qu’elle ne dispose pas d’éléments matériels suffisamment établis pour prendre une décision », a ajouté Me Delarue, qui se félicite que « la présomption d’innocence soit enfin reconnue ».

Fin avril, l’ancien responsable national du demi-fond chez les jeunes avait été sanctionné de 18 mois de suspension dont six ferme en première instance disciplinaire.

Pascal Machat est aussi visé par une enquête judiciaire du parquet de Fontainebleau, pour agression sexuelle, après une plainte déposée par l’athlète Emma Oudiou.

Cette dernière l’a accusé, début avril, dans un article du Monde de gestes très déplacés, le 26 juillet 2014 alors qu’elle s’apprêtait à disputer la finale du 3.000m steeple des Championnats du monde juniors à Eugene, aux États-Unis.

« A un moment, je me retrouve à côté de lui, il me prend les fesses et me caresse. C’était ma première finale internationale, j’étais dans un état de stress extrême, et je pense qu’il l’a senti. Il perçoit qu’à ce moment-là je suis vulnérable », avait raconté l’athlète, évoquant d’autres gestes déplacés.

Le Monde avait alors révélé l’existence d’une autre plainte, pour viol cette fois, contre l’entraîneur du club de Créteil Giscard Samba, qui avait sous son aile les hurdlers Dimitri Bascou et Aurel Manga.

Une enquête judiciaire distincte a été ouverte à Créteil et M. Samba a été suspendu par la Fédération début juin pour un an dont six mois ferme.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*