Monde : Le viol d’une adolescente placé fait polémique

Teint clair, visiblement naïve. Timide, à la limite «bête» comme peuvent la qualifier certaines personnes, la voici, cette nuit, en larmes se confiant à une sœur de sa région (Adja) qui habite non loin de sa maison d’adoption. Le visage éteint, vêtue d’un pagne et d’un haut, elle relate sa mésaventure. «Il a demandé que je lui vende du bissap et a insisté que je le lui apporte dans sa boutique de lavage située à côté de la maison. Ce que j’ai fait. Arrivée là-bas, il s’est jeté sur moi. Il m’a brutalisée et a fini par me faire l’amour.

J’ai informé mes patrons. J’ai été refoulée. Ils ont plutôt donné raison au blanchisseur qui leur a fait comprendre que c’est moi qui l’ai provoqué», narre-t-elle mortifiée et en pleurs. «On a fait appel à celle qui m’a mise là. Difficilement, elle est venue mais, mon désir de rentrer n’a pas prospéré. Depuis que je suis là, je ne suis pas payée. On m’a dit que c’est elle qui prend l’argent et l’envoie à mes parents. Mon père, entre temps au village, est descendu suite à mes plaintes auprès de lui. Finalement, il a été décidé qu’on attende le 25 du mois pour voir si j’aurai mes menstrues et aviser par la suite», poursuit-elle. Et à la question de savoir si elle s’est rendue au moins à l’hôpital après le viol, son non sera systématique. «Non», répond-t-elle. L’indignation d’une mère du quartier était à son comble.

Prête à aller porter plainte contre le laveur, elle se verra pourtant dans l’incapacité puisque les tuteurs de la jeune fille n’en ont fait aucun cas. Un comportement qui n’est pas resté sans interrogations. Et si cela était arrivé à leur propre fille, resteront-ils de marbre comme dans ce cas-ci? Qui sait si le violeur en question était porteur du Vih-Sida ou autre infection? Pourquoi ne pas avoir amené la domestique à l’hôpital ne serait-ce que pour une visite médicale et constater au besoin les faits? Et si la grossesse se révélait? Tant de questions qui reposent avec insistance, la question du placement des enfants. Ces êtres dont la dignité est constamment méprisée voire niée.  C’est tout simplement inhumain.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*