Quand le gala de charité dérape en harcèlement sexuel, attouchements…

Hôtel The dorchester en G. Bretagne

Scandale en Grande-Bretagne après les révélations du Financial Times sur un prestigieux dîner de charité réservé aux hommes et lors duquel plusieurs convives auraient eu des comportements déplacés envers les hôtesses engagées pour la soirée.

Celle-ci se déroulait dans un hôtel londonien le 18 janvier dernier.

Deux journalistes du quotidien économique s’étant fait engager incognito comme hôtesses y ont constaté de nombreux abus -attouchements, harcèlement, propositions déplacées.

Le gala, au Dorchester Hotel, réunissait 360 personnalités politiques et des affaires, ainsi que 130 hôtesses qui avaient reçu pour instruction de s’habiller de court et en noir et de porter des sous-vêtements assortis.

Elles avaient également dû signer un accord de confidentialité et remettre leur téléphone portable avant le début du dîner.

«J’ai subi des attouchements à plusieurs reprises et je sais que de nombreuses autres hôtesses ont dit qu’il leur était arrivé la même chose», a raconté une des journalistes, Madison Marriage, à la BBC.

« Comportement inacceptable »

«Le pire qu’une hôtesse m’ait raconté est qu’un homme lui a montré son pénis au cours du dîner», a-t-elle ajouté.

Ebranlé par le scandale, le Presidents Club s’est dit «consterné» et a annoncé qu’il n’organiserait plus d’événements de collecte de fonds. «Un tel comportement est totalement inacceptable. Ces allégations feront l’objet d’une enquête (…) et des mesures appropriées seront prises», a assuré un porte-parole.

Et les têtes ont commencé à tomber après que l’affaire s’est répandue à vitesse grand V sur la toile.

Le patron d’un groupe de luxe pointé du doigt

David Meller, président du groupe de luxe Meller, qui coprésidait le très select Presidents Club, a été contraint de démissionner mardi du ministère britannique de l’Éducation, où il était membre non exécutif d’une commission.

«C’est clairement inacceptable pour le ministère de l’Education», a déclaré la secrétaire d’Etat chargée de l’Apprentissage, Anne Milton, devant les députés de la chambre des communes.

Le porte-parole de la Première ministre Theresa May a indiqué que celle-ci s’était sentie «mal à l’aise» à la lecture de l’article du FT et que le départ de M. Meller constituait «la bonne décision», bien qu’il n’ait pas lui-même été accusé de harcèlement sexuel.

L’enquête du Financial Times a aussi poussé des sponsors et bénéficiaires à se désolidariser du dîner mondain.

Parmi les prix proposés aux enchères figuraient un déjeuner avec le ministre des Affaires étrangères Boris Johnson et un thé avec le gouverneur de la Banque d’Angleterre Mark Carney, selon le quotidien britannique.

Parmi les prix, une nuit dans un strip-club et une opération de chirurgie esthétique…

L’un comme l’autre ont pris leurs distances, disant ne pas être courant d’avoir été ainsi mis à contribution. Autres «prix» proposés: une nuit dans un strip-club de Soho et une intervention de chirurgie esthétique pour «pimenter» les épouses des participants.

Deux hôpitaux pour enfants ont annoncé leur intention de restituer des dons perçus par le passé et le géant britannique de la publicité WPP, qui avait sponsorisé une table a annoncé mettre fin à son association avec l’événement.

Source 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire