L’instant psycho de Radio Capitole : faut-il tout dire à ses parents?

Entre sentiment de honte, peur de décevoir ou d’être rejeté, tout dire à ses parents est-il vraiment nécessaire ?

Même si tous les enfants cherchent à s’émanciper de l’autorité parentale, leur approbation et leur opinion restent bien souvent importantes, y compris à l’âge adulte. Cette « permission » peut être parfois difficile à obtenir et renvoyer un sentiment d’abandon difficile à gérer.

Que peut-on dire à ses parents ?

S’émanciper du besoin d’approbation parental, c’est savoir faire la différence entre son jardin secret, c’est-à-dire sa vie privée et son intimité, sans pour autant tout cacher. Il s’agit de trier les informations qui sont partagées avec eux, et celles qui sont réservées à soi, aux amis ou au conjoint.

Comprendre que son enfant ne peut pas tout partager peut parfois être difficile pour un parent, surtout s’il a été le confident pendant l’enfance. C’est pourtant une évolution nécessaire dans la relation parent-enfant lors du passage à l’âge adulte.

Garder le secret n’est pas toujours une bonne idée

Même s’il ne faut pas tout dire, mentir ou cacher sa situation, sa sexualité, ou ses activités n’est pas toujours une bonne idée. Non seulement la révélation peut être encore plus violente, mais elle peut mener vers une incompréhension, un conflit ou une rupture encore plus douloureuse.

Ne pas tout révéler c’est aussi devenir adulte

Tout dire peu peut favoriser le jugement, la critique, et favoriser la régression chez l’enfant qui ne peut construire ses choix de vie sans l’approbation de ses parents. Décider de garder des choses pour soi et de ne plus vouloir tout dire, est un acte d’indépendance et de maturité.

Cette émancipation est nécessaire à la fois pour l’enfant, mais aussi pour les parents. Elle est bénéfique à la fois pour conserver une relation de confiance, mais aussi une autonomie affective des deux cotés.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire