SOCIETE : Les mentions « Père « et « Mère » commencent a disparaître sur les formulaires d’état civil

C’est la ville de Paris qui pour la première fois en France, a décidé de retirer désormais les mentions « père » et « mère » des formulaires administratifs.

Voilà plusieurs années que cela travail la mairie depuis la loi sur le mariage homosexuel et c’est chose faites.

La neutralité administrative. Près de cinq ans après l’adoption de la loi sur le mariage homosexuel, les formulaires d’état civil vont se mettre à la page dans la capitale.

D’après cnews, grâce à un vote des élus parisiens ce mercredi, les traditionnelles mentions «père» et «mère» vont être remplacées par «parent 1» et «parent 2» sur tous les formulaires de demandes d’actes d’état civil mentionnant la parentalité (en mairie ou sur Internet).

Désormais, ce sera « Parent 1 » et « Parent 2 ».

La mairie de Paris a entamé depuis plusieurs années la modernisation des démarches administratives, notamment grâce au numérique. Les agents de mairie sont déjà entrain de plancher sur l’application et la mise en oeuvre de ses changements sur l’état civil.

Désormais, les pères et mères ne seront plus mentionnées sur les nouveaux livrets de famille Parisien. Pour les anti-mariage homosexuels, c’est une aberration. car nous indiquent-t-ils, on casse systèmatiquement la notion de père et mère depuis l’acceptation du mariage homosexuels, et c’est fort dommage.

Le gouvernement canadien a décide d’un genre neutre dans tous ses formulaires

Pour le Canada, c’est déjà chose faite. Cela permet aux couples homosexuels des mésaventures administratives. Service Canada, organisme en charge des services fédéraux aux citoyens, « a décidé de revoir tous les formulaires (car) ils ne sont pas adaptés aux réalités d’aujourd’hui », a expliqué Mathieu Filion. Cette décision a été notamment prise suite à la mésaventure, rapportée au ministre Duclos en janvier, d’un couple homosexuel de Nouvelle-Écosse souhaitant pour leur enfant une carte d’assurance sociale où « on leur demande qui est le père, qui est la mère ? », a raconté le porte-parole. « Aujourd’hui, on va demander le nom des parents ».

Dans les correspondances épistolaires, le gouvernement canadien évitera désormais de débuter par « Monsieur » ou « Madame ». « Il n’y aura plus de genre, on envoie la lettre au nom de la personne simplement », a indiqué Mathieu Filion. Au téléphone, le fonctionnaire fédéral commencera par « demander à la personne : ‘comment souhaitez-vous que l’on vous appelle aujourd’hui’ ? Certains vont dire Monsieur X, Madame X, ou juste leur prénom … », a expliqué le porte-parole du ministre.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire